Déguster un vin

Dégustation du vin

La dégustation du vin constitue un univers assez vaste en raison de ce qu’il existe plusieurs façons de déguster. La meilleure manière de déguster le vin est de prendre plaisir. Il ne s’agit pas forcément de maitriser le lexique du sommelier ou d’être un spécialiste pour apprécier et décrypter un vin.

Les astuces de dégustation d’un vin

La première étape consiste à examiner minutieusement la robe ou la couleur du vin. On admire les bulles du vin dans un verre ou dans une coupe de champagne. Néanmoins, l’examen visuel donne peu d’informations. La robe du vin indique juste si le vin est concentré. Il faut observer les reflets et non la couleur du vin. Pour une dégustation à l’aveugle, on obtient ainsi une indication précise sur l’âge du vin. L’œil est placé au niveau du verre pour observer les reflets du disque pour un vin blanc. Les reflets sont verts, argentés, soit or ou bronze pour le vin blanc. Le verre est incliné devant une feuille de couleur blanche pour admirer au côté opposé le vin rouge. Les reflets évoluent de la couleur cerise, framboise vers le tuilé. La phase suivante consiste à sentir en premier nez le vin puis de le tourner délicatement dans le verre pour le sentir en deuxième nez. C’est l’analyse de la texture du vin.

Quelques conseils pour la dégustation du vin

Pour mieux déguster le vin, il est nécessaire d’être curieux. La curiosité consiste à s’informer sur quelques notions de base en la matière. La dégustation doit se faire sans a priori. Les préjugés sur un cépage, une région ou un pays sont à bannir pour une appréciation objective. Les vins assez complexes sont à éviter au profit des monocépages. Le vin est à servir également à la bonne température dans de grands verres. Durant la dégustation du vue, il est important de se concentrer sur le contenu du verre.

Comment déguster un vin ?

La dégustation du vin se fait dans un verre à pied, fin et transparent. L’ouverture du verre doit être légèrement resserrée et le corps peu ventru.

La robe du vin

Le premier contact avec le vin est visuel. Tenez le verre par le pied incliné à 45°. Pour voir sa robe et son éclat faîtes tourner le vin, si celui ci est de bonne santé, il aura une robe limpide, brillante et transparente.

Le vin blanc

  • jaune pâle légèrement transparent : vin très jeune
  • jaune aux reflets légèrement verts : vin pas encore évolué
  • jaune paille : vin à bonne maturité
  • jaune d’or cuivré : vin sec et bien évolué, vin liquoreux à maturité
  • jaune brun : vin oxydé

Le vin rouge

  • rouge vif un peu violacé : vin jeune
  • rouge cerise : vin en pleine évolution mais sans avoir atteint sa maturité, peut être consommé
  • rouge avec des nuances orangées : vin de garde qui commence son évolution, il est à boire
  • rouge brun à brique : il est temps de le boire

Le vin rosé

  • rose pale, incolore : vin obtenu par pressurage
  • rose saumoné : vin jeune et fruité qui peut être bu
  • rose orangé : vin vieillissant

L’aspect olfactif

Le mouvent circulaire permet de dégager les arômes du vin, celui ci est nombreux et très variés. Elles sont classés par origine, groupes d’arômes voisins ou encore selon leur ressemblance chimique.

Arômes fruités

  • Fruits verts (kiwi, citron vert, melon vert, groseille à maquereau)
  • Fruits blancs (pomme, poire, pêche de vigne, coing)
  • Fruits rouges (fraise, framboise, groseille, cerise)
  • Fruits noirs (mûre, myrtille, cassis)
  • Fruits jaunes (pêche, abricot, nectarine, brugnon, prune)
  • Fruits exotiques (ananas, mangue, fruits de la passion, figue, datte, litchi)
  • Agrumes (citron, orange, pamplemousse, écorce d’orange, zeste, zeste confit)
  • Fruits secs (amande, noix, noisette, raisin sec, figue sèche, pistache, pruneau cuit)

Arômes floraux

  • Fleurs (rose, pivoine, chèvrefeuille, acacia, églantine, giroflée, violette, géranium, genêt, jacinthe, résédas)
  • Tisanes (verveine, camomille, tilleul, aubépine, oranger)
  • Dérivés (miel, cire)

Arômes boisés (ou balsamiques)

  • Bois de barrique (chêne français, chêne américain, cèdre, vanille)
  • Bois empyreumatique-torréfaction (fumé, café, cacao, caramel, goudron, pain grillé, toasté)

Arômes épicés

  • Épices douces (cannelle, vanille, cardamome, réglisse)
  • Épices salées (poivre, poivron, clou de girofle, muscade)

Arômes végétaux

  • Légumes (poivron, poireau, ail, chou, artichaut, petits pois, haricot vert, laitue)
  • Secs (foin, paille, thé)
  • Verts (herbe coupée, eucalyptus, lierre, chlorophylle, bourgeon de cassis, buis)
  • Sous-bois (humus, champignon de Paris, fougère, feuilles mortes, terre humide)

Arômes minéraux

  • Roches (pierre à fusil, silex, caillou, argile, hydrocarbure)
  • Métaux (cuivre, fer, aluminium)

Goûter le vin

Dernière phase de la dégustation, une fois le vin en bouche, étalez le sur la langue, remuez le pour l’imprégner au palais, aspirez quelques bouffée d’air. Cette prise en bouche permet alors de définir le corps, sa qualité et ses saveurs (sec, acide, tannique). Après cette étape laissez le temps de détecter les saveurs, si elles restent longtemps en bouche, on dira que le vin à une jolie longueur ce qui est signe de qualité.

De nombreux cours d’œnologie pour être un as de la dégustation du vin

Les cours d’œnologie permettent d’apprendre les bases du vin ainsi que les techniques pour apprécier et déguster. Des séances pratiques servent à s’initier aux méthodes de la dégustation et aux caractéristiques du vin. On se familiarise vite avec le jargon de la dégustation. En dehors des thèmes d’enseignement pour la satisfaction des envies, plusieurs ateliers ludiques et interactifs garantissent une expérience inoubliable.